Pourquoi une coupure de capillarité est nécessaire entre les murs de soubassement et le plancher du vide sanitaire ?

Lorsque les murs de soubassement sont en maçonnerie de petits éléments, c’est-à-dire en parpaing par exemple, les maçonneries en élévation doivent être protégées des remontées d’eau du sol par une coupure de capillarité.

Il s’agit ici des remontés d’eau dans la maçonnerie par capillarité. Ce phénomène est similaire à celui d’un morceau de sucre que l’on plonge dans du café.

Lorsque l’on trempe un morceau de sucre dans du café, on voit le café monter progressivement dans le sucre.

Il se passe un phénomène similaire lorsque les maçonneries sont en contact avec de l’eau.

 

La coupure de capillarité peut être exécutée de deux façons.

La 1ère façon est d’utiliser une bande de bitume armé ou une feuille de polyéthylène.

Elle est posée à sec sur une couche de mortier de ciment finement talochée de 2 cm d’épaisseur et dosée de 300 à 350 kg par m3 de sable sec, après prise et séchage de ce dernier.

Puis, elle est protégée par une deuxième couche de mortier de ciment de même épaisseur sommairement dressée.

A leurs extrémités, les segments de bande sont placés à recouvrement minimal de 20 cm.

 

Il existe aussi une deuxième façon de réaliser la coupure de capillarité.

C’est l’utilisation d’une chape de mortier de ciment.

La chape de mortier de ciment est de 2 cm d’épaisseur, richement dosé, à raison de 500 à 600 kg de ciment par m3 de sable sec. Elle est aussi additionné d’hydrofuge. Celui-ci est incorporé à l’eau de gachage.

Des mortiers d’imperméabilisation sont proposés par certains industriels (Weber, Sika…).

Il faut noter que la première solution est la plus utilisée, mais la seconde solution garantit un véritable monolithisme du bâtiment et est imposer pour une construction parasismique.

 

La position de cette coupure de capillarité dépend de plusieurs paramètres :

  • La catégorie de mur de soubassement (Le mur nécessite t’il une étanchéité ? une imperméabilisation ? ou assure t’il uniquement une fonction de résistance mécanique ?).
  • Le chaînage est-il sur toute la largeur du mur ? Une planelle de rive doit être mis en place ?
  • Quelle est la nature du mur de soubassement (parpaing ? Mur en béton armé ?)
  • Quelle est la différence de niveaux entre le sol extérieur fini et le niveau supérieur brut du plancher ?

Tous ces paramètres sont détaillés dans notre formation.

Notre formation « Construire une maison individuelle en blocs de maçonnerie – Ingénierie & gros œuvre »

Menu